google38a4670fad8f46f8.html
top of page
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram
  • Facebook

Étiquetage trompeur de produits à base de requin

Updated: Jul 23, 2021

L'étiquetage trompeur de produits à base de requin pose un énorme problème puisqu'il met en danger la santé des consommateurs, permet l'entrée sur le marché d'espèces en danger et porte préjudice aux écosystèmes marins.


L'étiquetage trompeur implique que les consommateurs sont inconscients que les produits concernés contiennent certains ingrédients comme de la chair de requin puisqu'ils ne sont pas mentionnés sur l'étiquette. Cette pratique ne permet pas non plus aux consommateurs de faire des choix écologiques et décourage les décisions averties. En outre, l'utilisation de termes trop englobants pose souvent problème, parce qu'elle masque les ingrédients réels. L'étiquetage trompeur de produits à base de requin est l'un des facteurs qui conduit au déclin rapide des populations de requins. Les requins sont essentiels pour la bonne santé de nos océans : ils maintiennent l'équilibre des écosystèmes et conservent les populations en bonne santé, étant donné qu'ils suppriment les sujets blessés, malades et faibles ainsi que les espèces surabondantes. Les populations de requins diminuent à une vitesse inquiétante. Nous avons déjà perdu plus de 90% des requins dans le monde. Nous devons protéger et sauver les requins de l'extinction pour préserver le futur de nos océans.

La pêche abusive conduit à l'extinction de nos populations de requins et résulte de la haute demande de denrées à base de chair de requins


Pourquoi la consommation de la chair de requins peut vous exposer à des problèmes de santé ?

Consommer des produits à base de requin (comme la chair ou les ailerons) vous expose à des taux dangereusement élevés de toxines comme le mercure et la BMAA (neurotoxine). Les requins sont des grands prédateurs et par conséquent accumulent des toxines à partir de maillons trophiques inférieurs, au terme d'un processus appelé la bioaccumulation - cela signifie que les requins accumulent intégralement les toxines que leurs proies (et les proies de leurs proies) ont absorbées. Par conséquent, les requins accumulent dans leurs tissus une quantité sensiblement plus élevée de toxines que la plupart des autres poissons. De sorte que l'étiquetage trompeur est non seulement frauduleux, mais il peut aussi avoir un impact négatif sur votre santé..

Différents exemples de produits à base de requin et de plats courants comme la soupe aux ailerons de requin.


Pourquoi les populations de requins diminuent si considérablement ?

La surexploitation a été reconnue comme la cause principale du déclin de la population des requins, à la fois à travers des prises volontaires ou accidentelles (prise accessoire), qu'entraîne la demande globale de produits à base de requin comme la chair, les ailerons, l'huile de foie, les branchies. La pratique de l'aileronnage (la découpe des ailerons et des nageoires de requin - souvent pratiquée sur le requin à vif et suivie du rejet de la carcasse encore vivante dans l'océan) est essentiellement encouragée par la traditionnelle soupe asiatique aux ailerons de requin, qui a entraîné le développement d'un énorme marché d'importation d'ailerons dans la région asiatique, principalement à Hong Kong. Ce plat était autrefois abordable seulement pour la classe aristocratique, mais à la suite de l'expansion économique rapide au début des années 2000, il est devenu facilement accessible pour la classe moyenne, augmentant énormément la demande d'ailerons de requins.

La pratique de l'aileronnage est illégale dans de nombreux pays mais est souvent effectuée par des compagnies de pêche sous payées - les ailerons sont répertoriés comme le plus rentable des produits comestibles marins (jusqu'à 400$ par kilo d'ailerons) et ne nécessitent pas un espace coûteux dans les congélateurs sur un bateau, puisque les ailerons sont séchés sur le pont ou le toit. En comparaison, la chair de requin vaut seulement 20 à 60 % de la valeur de celle du thon ou du maquereau, ce qui fait des ailerons obtenus grâce à l'aileronnage un produit hautement apprécié pour le commerce illicite, où les marchés noirs sont difficiles à contrôler en raison du manque de surveillance internationale. On estime que 100 millions de requins sont pris chaque année, avec plus de 76 millions d'entre eux tués uniquement pour leurs ailerons. Des enquêtes menées sur plusieurs années ont montré que de nombreux ailerons commercialisés appartiennent à des espèces qui sont protégées par de multiples organisations (comme CITES) ou TACs (Total Allowable Catches - qui régulent les quotas de pêche permis par espèce sur une période donnée) et représentent un problème grave de préservation des espèces. La sous-estimation des prises et la pêche illégale, non contrôlée et non répertoriée (en anglais Underreporting of catches and Illegal, unregulated, and unreported fishing - IUU) est considérée comme encore plus intense en ce qui concerne les ailerons de requin, parce qu'ils ne sont souvent pas comptabilisés dans la collecte des statistiques et sont difficiles à surveiller.


La "tragédie du bien commun" est un facteur clef dans la surexploitation de nos océans et des populations de requins. Cette expression désigne le processus selon lequel des individus sensés, poussés par leur intérêt vont exploiter des ressources communes (comme nos océans), parce qu'ils sont à portée de main et n'appartiennent à personne. Cette pratique repose sur une réflexion à court terme, centrée sur soi et intéressée, pour optimiser le profit personnel plutôt que sauvegarder l'intérêt commun. Quelques initiatives réduites pour limiter les prises, à côté d'une gestion insuffisante de la pêche, poussent les pêcheurs à multiplier leurs prises, préoccupés qu'ils sont d'augmenter leurs profits. "La liberté dans la gestion des biens communs amène la ruine de tous" (Hardin 1998), puisque la surexploitation de ressources communes, comme les poissons, va finalement conduire à l'effondrement irréversible des populations, qui nous affectera tous.

Les entreprises de pêche de requins surexploitent globalement les populations de requins, tout particulièrement les espèces de requins pélagiques et celles des grands prédateurs. Ces taux de captures non écologiques ont conduit à un déclin à la fois de la taille et de la diversité des requins dans le monde entier. Manquent des données spécifiques selon les espèces, puisque de nombreuses prises ne sont pas comptabilisées, en particulier les prises accidentelles ou accessoires. Cela facilite le commerce illicite qu'il est difficile de surveiller (en raison du peu de contrôle des activités en haute mer) et représente un intérêt politique moindre, compte tenu de l'extension des subventions qui sont investies dans les entreprises de pêche. Les incitations économiques élevées font que rares sont les données fiables sur les pratiques de pêche illicite (IUU) : le commerce non contrôlé des produits à base de requin est pointé du doigt comme l'une des plus sévères menaces sur les populations de requins. On estime que seule la moitié des prises totales est comptabilisée. De nombreux pays répertorient des prises sur des vastes groupes d'espèces ; par conséquent, les nombres concernant les espèces plus spécifiques sont souvent sous estimés de manière significative. De plus, les données fournies par les entreprises de pêche excluent souvent les déchets et la plupart des prises accidentelles ne sont pas dénombrées, ce qui entraîne des sous estimations supplémentaires.

Plus de 100 millions de requins sont pris chaque année


Mise en évidence de l'étiquetage trompeur

Le contrôle sur le marché des produits à base de requin est paralysé par un manque de données concernant les espèces spécifiques, que les entreprises de pêche manquent souvent de fournir. Il est souvent difficile d'identifier la composition des produits transformés (comme les ailerons de requins), bien que les codes barres ADN offrent des possibilités d'obtenir des informations sur les espèces spécifiques, pour la plupart des échantillons. Comme de nombreux produits à base de requin sur le marché ne sont pas étiquetés ou mal étiquetés, les codes barres ADN fournissent un outil puissant, précis, peu coûteux et rentable qui a dévoilé le commerce de nombreuses espèces en voie de disparition et commercialisées illégalement. En outre, le code barre ADN peut révéler des informations comme l'origine biologique des échantillons et la région dans laquelle ils ont été pris - de telles informations sont essentielles pour une protection efficace et la surveillance des espèces en danger. On se rend compte que l'étiquetage trompeur ou l'absence d'étiquetage domine dans les pays en voie de développement et constitue majoritairement une tentative pour limiter la résistance du consommateur et pour masquer des crimes commis sur la faune (comme le commerce d'espèces protégées), permettant ainsi à des produits illicites à base de requin de pénétrer sur le marché. L'étiquetage trompeur des produits à base de requin est aussi utilisé pour remplacer d'autres espèces de poissons surexploitées sur le marché, qui déplace le problème plutôt qu'il ne le résout.

La soupe d'ailerons de requin, un plat préparé avec le cartilage des ailerons, est la cause principale de la demande élevée d'ailerons de requin.


Que puis-je faire ?

Le problème majeur est que, en tant que consommateurs, nous sommes souvent inconscients de ce que nous mangeons effectivement. Apparaît ici la liste des termes englobants (hyperonymes) utilisés pour masquer la viande de requin dans le monde, cela soutenu par des études scientifiques approfondies. En Australie et au Royaume-Uni "copeaux" (flake) est employé communément mais il peut y être fait allusion aussi à partir de termes comme "anguilles des roches", "huss", "saumon des roches". En Afrique du Sud, la chair de requin mako est généreusement servie sous le nom de "filets de mer" ou "skomoro". Dans les supermarchés du Brésil la chair de requin est vendue sous l'appellation ‘cação’, et en Grèce sous celle de ‘galeos’. D'autres noms communément répandus sont "cazón", "bolillo", "surimi", "paletita", "moki" et "poisson blanc". Par ailleurs, dans certains pays, il n'existe pas d'obligation légale d'étiqueter ni l'espèce ni l'origine, comme c'est le cas en Australie avec les fruits de mer cuisinés.

La meilleure chose que nous pouvons faire pour protéger les requins d'extinction est de réduire le marché des produits à base de requin en évitant d'acheter ces derniers. S'il vous plaît, restez attentifs à ces termes englobants qui dissimulent la chair de requin et passez l'information.


chair (flake)/ anguille de mer /Moki / poisson blanc / poisson chat / Cação / anguille de roche / roussette / saumonette / Galeos / chien de mer - Grayfish / petit saumon / Huss / Steak Fish / Paletita / Cazón / poisson limande / Smooth-hound / saumon de roche / Cape Steak / Sokomoro / Bolillo / gat-rouquin / Sea Ham / filets de mer / émissole / Surimi


Les requins étaient autrefois très abondants dans nos océans mais à présent, on ne les rencontre que par chance. Les populations de requins ont dangereusement diminué et nécessitent une meilleure protection pour éviter leur extinction. Les requins sont d'une grande importance, totalement essentielle sur le plan écologique, pour la santé de nos océans. Le plus grand impact que nous pouvons avoir pour combattre le déclin des requins est de réduire le marché des produits à base de requin et d'éduquer les individus sur l'importance des requins ainsi que sur les problèmes que masque l'étiquetage trompeur.



Author:

Marine Biologist | Trainer

Traduction : Marine Bois

RED SEA PROJECT™









 

(Jacquet and Pauly, 2008; Bornatowski et al., 2013;Bornatowski et al., 2014; Staffen et al., 2017; Almerón-Souza et al., 2018; Marín et al., 2018; Hellberg et al., 2019; Hobbs et al., 2019; Pazartzi et al., 2019; Bernardo et al., 2020; Braccini et al., 2020; Marchetti et al., 2020; Minoudi et al., 2020, etc.)

100 views

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page