google38a4670fad8f46f8.html
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram
  • Facebook

Les dugongs (Dugong dugon) - Français

Updated: Jul 30

Les dugongs (Dugong dugon) sont des animaux paisibles et tranquilles, ils semblent gras, mais ils sont fusiformes, hydrodynamiques, et très musclés, atteignant jusqu’à 3 mètres de longueur et pesant jusqu’à 500 kg. Ils se nourrissent exclusivement sur les fonds, principalement d’herbier et de végétation aquatique qu’ils déracinent en creusant des sillons dans le fond marin avec leur museau. Les habitats préférés de l’espèce comprennent les eaux côtières chaudes et peu profondes, avec des écosystèmes sains qui regorgent de grandes quantités de végétation.

En tant que mammifères, ils font régulièrement surface pour respirer et plongent pour se nourrir, explorer, se reposer ou voyager. Leur cycle de reproduction est caractérisé par une longue période de gestation, de 13 mois, suivie de la naissance d’un seul jeune qui recevra des soins parentaux particuliers jusqu’à sa maturité sexuelle qui arrive entre 8 et 18 ans. Les dugongs vivent longtemps, jusqu’à 50 ans ou plus mais à cause des soins apportés aux jeunes, une femelle ne donnera naissance que quelques fois durant son existence.  


Les dugongs sont des descendant de mammifères terrestres qui vivaient dans des marais herbeux peu profonds durant l’Éocène et leur plus proche parent moderne est l’éléphant. Leur peau lisse est de couleur gris ardoise et leur corps est plus aérodynamique que celui du lamantin, avec une queue ronde et une tête en forme de cochon. Le vêlage se produit dans les eaux peu profondes des bancs de sable. Un veau nouveau-né mesure habituellement 1,2 mètre de long, pèse environ 30 kg et dépend principalement du lait maternel jusqu’à 18 mois.


La connaissance du comportement social des dugongs est rudimentaire. Les habitudes et les habitats des dugongs les rendent difficiles à observer et l’absence de différence de taille ou de dimorphisme sexuel évident limite les données obtenues à partir de l’observation directe. La seule unité sociale durable est la mère et son veau.

Les dugongs se nourrissent principalement d’herbes marines. Des études récentes indiquent qu’ils préfèrent des espèces riches en azote et faibles en fibres comme l’Halophila ovalis. Par leur fourrage dans les herbiers marins, ils facilitent la régénération des espèces pionnières à croissance rapide, qu’ils préfèrent. En maintenant une zone alimentaire favorable, ils ont inventé « la culture par patûrage». Ils déracinent généralement des plantes entières produisant des sentiers d’alimentation distinctifs. À l’image de l’hippopotame, qui fournit aux habitats d’eau douce jusqu’à 50 kg de matières végétales transformées par jour, le dugong recycle également les nutriments des prairies marines, bien que l’étendue de cet important processus écologique reste à quantifier.

Dugong se nourrissant dans un herbier


Les déplacements des dugongs ont été étudiés avec des émetteurs VHF et des satellites. La plupart des déplacements se font à l’intérieur des zones d’ herbiers marins et suivent les marées. Aux limites méridionales de leur aire de répartition, les dugongs font des voyages saisonniers vers des eaux plus chaudes. Des déplacements de courte distance, de 15 à 40 km par jour et de longues distances allant jusqu’à 600 km, ont été enregistrés, ce qui témoigne de l’importance de la collaboration internationale dans leur gestion.

Distribution du dugong dans le monde

Les dugongs ont une vaste aire de répartition, couvrant au moins 37 pays et territoires, qui coïncide avec les herbiers côtiers et insulaires des eaux tropicales et subtropicales des océans Pacifique occidental et Indien. Pour la population mondiale de dugongs, environ 85 000 vivent dans les eaux côtières du nord de l’Australie. Il est probable qu’il s’agisse d’au moins trois quarts de la population mondiale, peut-être beaucoup plus. Ailleurs, les populations sont petites et fragmentées et dans certaines régions, comme Maurice, les Maldives et certaines parties du Cambodge et du Laos, les dugongs ont déjà disparu. La viande de dugong a le goût du bœuf. La chasse au dugong, pour la nourriture et pour son huile était autrefois répandue dans l’aire de répartition du dugong et se produit encore dans au moins 31 pays. Aujourd’hui, le dugong est légalement protégé dans la plupart des pays.

Ancienne photo de la collection du Dr.Hamed Goharsur la chasse au dugong par des pêcheurs égyptiens

Photo courtesy of the National Institute of Oceanography and Fisheries - NIOF | Hamed Gohar Research Station

Les dugongs en Mer rouge égyptienne

En 1957, un biologiste égyptien, le Dr.Hamed Gohar a publié la première étude scientifique des dugongs de Mer Rouge. Des preuves indiquent que les animaux étaient connus et chassés par les anciennes civilisations dans la région et, en fait, ils ont été légalement chassés en Egypte jusqu’à il y a quelques décennies. Il y a peu d’informations sur la répartition et l’abondance des dugongs en Mer Rouge. La situation de la mer Rouge égyptienne est encore relativement inconnue. Cependant, plusieurs endroits sont renommés pour la présence d’individus ou de groupes résidents, et par conséquent attirent des hordes de touristes. De plus, comme le littoral de l’Égypte est un site de construction étendue, l’altération et la dégradation de l’habitat sont des processus en cours. Une série d’initiatives de gestion communautaire devrait être entreprise pour protéger l’espèce par la conservation des sites côtiers où elle existe ou est susceptible d’être présente.


Code de conduite et bonnes pratiques en plongée et snorkeling

  • NE PAS toucher, monter ou chasser le dugong.

  • NE PAS entraver le déplacement ou le comportement du dugong.

  • RESTER à une distance minimale de 3/4 mètres du dugong.

  • Photographier sans limite, mais éviter la photographie au flash qui peut effrayer le dugong . Photographiez toutes les caractéristiques qui pourraient aider à identifier le dugong dans le futur.

  • NE PAS utiliser de propulseur de plongée motorisé.

  • Éviter les dispositifs de signalisation acoustique sous-marins.

  • Limiter l’observation à un maximum de 30 minutes.

  • Les groupes de nageurs doivent rester groupés et idéalement en surface.

  • NE PAS pratiquer l’apnée /plongée libre à proximité des dugongs.

  • NE PAS nourrir les dugongs.

  • Les plongeurs devraient conserver une distance de sécurité par rapport au fond et ne pas déplacer le sable ou s’asseoir sur l’herbier

  • NE PAS jeter de déchets sur la plage ou hors du bateau avant ou après les plongées / excursions de plongée en apnée.

  • Ramasser les déchets sous-marins récents.

  • Signaler toute violation aux autorités.


Note importante pour les capitaines, zodiac / et les Speed boat skippers

Code de conduite et bonnes pratiques en navigation

Les dugongs sont considérés comme un des grands mammifères les plus menacés sur le continent africain, et on s’inquiète de plus en plus en Afrique de l’Est qu’ils soient en grand danger d’extinction locale à moins que des mesures de conservation immédiates ne soient prises. Les dugongs figurent à l’annexe I de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) et sont classés dans le monde entier « vulnérables à l’extinction » en raison d’un déclin démographique d’au moins 25 % au cours des 90 dernières années (UICN, 2000).Leurs besoins en matière d’habitat et leur faible taux de reproduction les rendent particulièrement vulnérables aux activités anthropiques, et ils sont menacés par la chasse, les captures accessoires, la pollution, le développement côtier et les maladies.

Nous espérons que ce document lancera un processus de sensibilisation au sort des dugongs dans la mer Rouge égyptienne vers un plus large public. Il existe de nombreuses façons d’y parvenir, à l’échelle nationale ou locale. Des documents éducatifs sur les aspects de la conservation du dugong et des méthodes visant à minimiser les captures accessoires pourraient être élaborés. L’information pourrait être diffusée par l’intermédiaire des autorités de district, du réseau existant d’aires marines protégées, des projets de conservation le long de la côte et par l’intermédiaire des médias. Au niveau local, en particulier dans les principaux villages de pêcheurs et dans les stations touristiques, des activités éducatives devraient être renforcées avec le soutien du Gouvernement égyptien et des autorités de district, par le biais de réunions publiques ou par les plateformes d’apprentissage en ligne. De nouveaux rôles s’inscrivent dans la situation actuelle. L’éducation continue, une bonne gestion et un suivi sont un MUST.


Écrit par : Ahmed Fouad

Traduction par/ Myriam SLUSE - Les couleurs de l'océan

RED SEA PROJECT™

Télécharger votre exemplaire GRATUIT en haute résolution du Code de conduite et bonnes pratiques pour les plongeurs et snorkeleurs/ Navigation à partir de l' E-Liberary dans la section Projet dugong en Mer rouge.



31 views

RED SEA PROJECT™

International non-profit organization dedicated to the protection and conservation of marine ecosystems and biodiversity.

Registered: EU | AUT | ZVR-Zahl 1533647934

STAY CONNECTED

  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube
  • Instagram
  • Facebook

HEADQUARTERS Körblergasse 63 | Graz, 8010 Styria, Austria

+4366499703000 | info@redsea-project.com     

Copyright ©2020  | RED SEA PROJECT All rights reserved

Terms and conditions